Roche et la transparence, encore un effort


La philanthropie est louable, mais la vigilance critique reste nécessaire.

PAR JACQUES GUYAZ

Les grandes sociétés pharmaceutiques suisses, Roche et Novartis, occupent un peu moins le devant de la scène médiatique pour leurs pratiques de prix élevés et d’essais médicaux sans grandes considérations humaines dans les pays pauvres.

En effet, leurs publications foisonnent désormais de descriptions des actions conduites pour garantir un meilleur accès aux médicaments dans les pays du Sud. Il en va ainsi dans le dernier rapport annuel 2016 de Roche dont les conclusions ont été approuvées lors de l’assemblée générale des actionnaires tenue le 14 mars.

Nous y apprenons que le groupe Roche a signé des accords avec plusieurs pays africains pour favoriser l’accès aux soins. Avec le Ghana, Roche a financé des programmes de diagnostic et de traitement du cancer du poumon et de l’hépatite virale. Un accord du même type a été conclu avec le Kenya. Roche annonce également des collaborations avec des compagnies d’assurance privées pour rendre les thérapies anti-cancer accessibles aux patients dans des pays où, aux dires de l’entreprise, la «couverture publique est inadéquate». Les pays cités sont la Chine, l’Inde, le Portugal, le Vietnam et la Thaïlande.

La société met également l’accent sur sa participation à différents programmes de diagnostic et de lutte contre le VIH pilotés par l’Onusida, par la Fondation Clinton et par d’autres organismes philanthropiques. L’entreprise publie dans son rapport un diagramme montrant l’augmentation spectaculaire de l’espérance de vie des malades atteints du VIH dans l’Afrique subsaharienne au cours des 10 dernières années,

Roche met aussi l’accent sur ses actions philanthropiques conduites aux quatre coins du monde hors de son champ d’action médical. Ces opérations sont essentiellement orientées vers la formation, en particulier vers la construction d’écoles résistant aux tremblements de terre à Haïti ou au Pakistan. Par ailleurs, Roche soutient des fondations sans but lucratif au Pérou, en Colombie, au Salvador et au Guatemala, dans le but, nous citons, «de développer une classe moyenne». Voilà un étrange objectif sociétal pour une entreprise pharmaceutique. Ceci dit, toutes ces actions, sans doute tout à fait utiles et bien conduites, méritent d’être signalées et encouragées. Tout irait donc pour le mieux dans le monde idéal, empreint d’empathie et de bienveillance, décrit par le rapport annuel de Roche?

En fait, non, la réalité demeure assez éloignée de ce généreux idéal si l’on en juge par la réaction d’Actares, la mauvaise conscience du capitalisme helvétique qui déniche tout ce qui ne va pas dans nos belles multinationales.

Tout d’abord, dans son communiqué, Actares réclame des précisions et des chiffres sur toutes ces actions d’accès aux soins conduites par Roche dans différentes contrées. Le rapport annuel ne donne aucune précision à ce sujet, se contentant d’énumérer les programmes engagés. Certes ce n’est pas le rôle d’un tel document, mais Roche pourrait envisager l’édition d’une annexe complémentaire détaillant le financement et les résultats des différentes actions soutenues dans les pays pauvres.

Actares signale également que l’ONG Public Eye (anciennement Déclaration de Berne) a rendu publiques les critiques d’une participante égyptienne à un programme d’essais cliniques, en citant son nom. Sur quoi Roche a obtenu de cette personne qu’elle révoque l’autorisation donnée à Public Eye de publier son identité, puis a aussitôt attaqué l’ONG devant le tribunal régional de Bern-Mittelland pour que ce patronyme soit retiré de ses publications. Le tribunal a débouté Roche le 8 février de cette année.

Cet épisode montre que nos pharmas supportent toujours très mal la contestation et la mise en cause de leurs activités. La vigilance d’Actares est plus que jamais justifiée.

Domaine Public

Tags: , , , , , , , , ,

No comments yet.

Leave a Reply

Les commentaires sous pseudonyme ne seront pas acceptés sur la Méduse, veuillez utiliser votre vrai nom.

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.