La résistible ascension de M. Brouillard


Il est partout. Bouffi d’autosatisfaction, il vibrionne tous azimuts, et notamment dans la Julie: pas un jour sans qu’on n’y trouve sa bobine.

PAR PHILIPPE JUNOD

Et ce n’est pas la modestie qui l’étouffe: la France devrait, selon lui, « s’inspirer » de sa gestion de la dette. Côté culture, il n’hésite pas à se comparer à Périclès! A croire que c’est lui qui a inventé le Pôle muséal et reconstruit le Parlement.

En l’occurrence, cet autocrate se vante aussi d’être le premier à avoir « écrasé » (le terme est de lui) un référendum, par le biais d’une entourloupette qui a fait tousser plus d’un juriste. Un bel aveu pour un politicien qui affirme haut et fort « je suis un DEMOCRATE ! »

Quant à son « amour de la pierre » (sic), il lui fait dire qu’il aurait pu être architecte. On ne saura jamais à quoi on a échappé… La main sur le cœur, ce Tartuffe du patrimoine déclare qu’il est prêt à « poser son corps devant s’il le fallait ». Heureusement que le ridicule ne tue pas.

Mais l’ennui, c’est que ce nouveau Winckelried traîne dans ce domaine, dont il s’est emparé en 2012, une collection de casseroles qui formeraient une jolie batterie de cuisine: entre autres, bradage des cures vaudoises, inertie devant la dispersion du mobilier du château de Hauteville, ou sacrifice aux intérêts financiers du domaine archéologique d’Avenches. Et pour couronner le tout, notre Robespierre en herbe a coupé les crédits pour la recherche et la publication des Monuments d’art et d’histoire de la Société d’histoire de l’art en Suisse, l’un des outils les plus précieux pour lutter contre le vandalisme.

Fier de ce bilan glorieux, l’enragé politicien, déjà trois législatures au compteur, en redemande. Il en voudrait encore deux. Bonjour les dégâts.

Tags: , , , , , ,

5 Responses to “La résistible ascension de M. Brouillard”

  1. Bernard Walter 17 avril 2017 at 10:06 #

    Bel article bien envoyé. Par les temps qui courent, l’esprit de résistance fait vivre !

  2. Pierre Bonzon 17 avril 2017 at 10:34 #

    La charge est un peu lourde, mais il faut reconnaitre que le personnage prête le flanc à la critique. D’un autre côté, ne reflète-t-il pas une certaine jovialité, illustrée en son temps par un autre Pascal tout aussi « gonflé » de sa personne, dans laquelle les Vaudois aiment à se reconnaître? La postérité retiendra peut-être de celui-ci, qui se prétend amoureux du patrimoine, qu’il aura permis que soit défigurée à tout jamais la silhouette de la Cité, si chère à de nombreux lausannois, silhouette qui restera cependant dans leur mémoire telle qu’immortalisée par de nombreuses gravures et peintures…

  3. Michelle 17 avril 2017 at 11:17 #

    ……..Qu’on ira voir au Musée, pardon à la Plateforme 10……..
    Gonflé comme l’autre Pascal, peut-être, mais la comparaison s’arrête là.
    Rien à voir avec la jovialité de ce bon vaudois terrien , avec celui-ci c’est le sourire hypocrite du faux enfant de choeur.

  4. christiane betschen 17 avril 2017 at 11:32 #

    La pétition au Conseil d’Etat en faveur du patrimoine et de la culture est forte à ce jour de plus de 1000 signatures. L’ascension de M. Brouillard sera-t-elle freinée par cette belle collecte de noms de spécialistes reconnus dans tous les milieux de la culture, non seulement de Suisse, mais des pays voisins ???

  5. Magnin 17 avril 2017 at 21:49 #

    ….un mot….banquier…!

Leave a Reply

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.