Erdogan a quasiment tous les feux au vert pour sa sale guerre…


« Il est difficile pour un dictateur d’asseoir durablement son régime totalitaire sans la désignation d’un ennemi de la nation. »

PAR FRANÇOIS MEYLAN

Et pour Ankara il est tout désigné. Il n’a jamais cessé de l’être. Bien sûr, nous parlons du ou plutôt du peuple kurde. Dans un premier temps, les médias critiques ont été muselés. Tout comme les intellectuels libres dans leur tête et les leaders des ONG telles que Amnesty. Pour ne mentionner que celle-ci.

Ensuite, le régime d’Erdogan s’en est pris aux chaînes de télévision kurdes. Des pressions avec des menaces de rétorsions commerciales ont été exercées sur le plus grand groupe européen de satellites Eutelsat, de l’aveu même de son PDG Rodolphe Belmer devant le Sénat, en octobre dernier. Même le groupe dont les parts sont détenues pour la majorité par l’État français a plié. Il a interrompu la diffusion des chaînes kurdes Med-Nûçe, Newroz TV, Ronahî TV, Stêrk TV et News Channel. « La Turquie représente un marché économique juteux qui justifierait qu’on réduise au silence les chaînes de télévision qui dérangent cet Etat », dénonce le Conseil démocratique kurde en France (CDKF). Et d’ajouter : « Eutelsat se rend ainsi complice de la répression inouïe exercée par le régime d’Erdogan contre l’opposition et les Kurdes. »

Une fois la future scène du crime cachée aux yeux de tous et même de sa propre population, le tyran d’Ankara va pouvoir mener sa salle guerre. Ceci même après avoir activement soutenu les rebelles de tous poils contre le régime de Damas, y compris les moins fréquentables comme le Front al-Nosra, Nourredine Al-Zinki ou encore Daesh. C’est ainsi qu’il a habilement négocié, à l’automne dernier, avec les Russes pour évacuer d’Alep-Est plusieurs milliers de pseudos combattants de la liberté et autres criminels de droit commun avec leurs armes. Sur place, des évacuations surréalistes ont été commentées par le grand reporter du « Figaro » Georges Malbrunot. Son tweet : « Ils ont réussi à emporter des armes lourdes dissimulées dans des camions qu’ils conduisaient eux-mêmes. Accord russe. Damas pas content. »

Le deal passé, à la barbe de l’Iran, de l’Europe et même des États-Unis comme de l’ONU, étant : Les autorités turques s’engagent à ne plus rien tenter contre Bachar el-Assad et en échange elles récupèrent des milliers de mercenaires que le rouleau compresseur de Poutine épargne au lieu d’écraser. L’accord a été conclu le 13 décembre 2016, à Ankara, entre les services de renseignement turcs, l’armée russe et les représentants de la rébellion. Soit le terme de cinq ans d’une horrible guerre civile qui a fait plus de 300’000 morts… pour rien ! Aujourd’hui , ces combattants logent dans des camps-containers parmi 27000 réfugiés à Kahramanmaras, sud-est de la Turquie. Leur nombre est difficile à définir. Selon les sources, on évoque de quelques milliers à plus d’une dizaine de milliers de « djihadistes. »

« Nous savons que les membres de Daesh sont également hébergés dans ces camps », déclare, en substance, Mehmet Çarman, avocat des villageois de la région, principalement membres d’une importante communauté kurde alévie. De nouvelles exactions à l’endroit des Kurdes sont-elles à craindre ? Malheureusement, c’est plus que possible et comme aucune ONG ni organisation de la société civile n’ont accès à ces camps, le monde n’en saura rien.

Tags: , , , , ,

No comments yet.

Leave a Reply

Les commentaires sous pseudonyme ne seront pas acceptés sur la Méduse, veuillez utiliser votre vrai nom.

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.