Souk médiatique


« Native advertising » . Encore un anglicisme désignant cette fois une publicité qui se confond avec une contribution rédactionnelle.

PAR CHRISTIAN CAMPICHE

Rien d’autre qu’un banal publireportage, en somme. Ce que l’on nomme en français la publicité native est pourtant la nouvelle tendance définie comme un modèle destiné à maintenir en vie les médias. De fait elle risque plutôt de les tuer.

En véritables contorsionnistes, des responsables de journaux tentent d’expliquer pourquoi la publicité native n’empiète pas sur l’obligation morale faite aux journalistes de ne pas mélanger la publicité et le rédactionnel. « C’est la zone la plus colorée entre le journalisme et la publicité, pas la plus grise; c’est du journalisme mais il est payé », alambique le rédacteur en chef du journal en ligne alémanique Watson dans la dernière édition du magazine « Edito ».

Les médias subissent dramatiquement le contre-coup de la chute de leur modèle économique basé sur la publicité. Mais est-ce une raison suffisante pour sacrifier la crédibilité de l’information sur l’autel de la rentabilité? Comment négocier au souk ce qui paraîtra le lendemain dans les journaux? Etant entendu que ces glauques concessions n’empêcheront pas les grands groupes de presse de presser le citron jusqu’à la dernière goutte. En témoigne la nouvelle vague de restructurations annoncée par Tamedia. Le groupe zurichois qui contrôle une chaîne de journaux du Bodan au Léman n’a pas de meilleure idée que d’unifier des rubriques et regrouper ses rédactions. Pas de licenciement pour l’instant mais la perspective de sanglantes coupes dans les effectifs quand les calculettes débusqueront les doublons.

Tamedia entend économiser pour compenser la baisse des revenus publicitaires. Mais Tamedia a tout faux. D’abord parce que le groupe n’est pas sur la paille et de loin: sa marge atteint tout de même deux chiffres grâce au commerce en ligne de services et autres « bibelots » jadis inclus dans les recettes médias. Ensuite parce que sa stratégie pèche par manque de vision. Pour sauver ses titres de la ruine Tamedia devrait au contraire investir davantage dans le contenu. Ouvrir de nouveaux postes de correspondants à l’étranger au lieu de les réduire. Offrir des articles originaux et bien documentés. En deux mots imiter le « New York Times », un titre qui capitalise aujourd’hui sur près de 3 millions d’abonnés dont la moitié en ligne. Et récupère, en raison de ce terreau fertile de lecteurs, une partie de la publicité perdue grâce à une stratégie qui répond à un seul mot, la qualité.

Ligoté dans sa politique à la petite semaine, Tamedia ne semble pas parti pour prendre le chemin du « New York Times ». Suivre ce dernier modèle reviendrait pour l’éditeur zurichois à entamer un virage à 180 degrés et Tamedia n’en a ni le courage ni surtout l’envie. Parce que la réussite du métier d’éditeur présuppose une mission de diffuseur d’information au profit de la collectivité. Vocation que ce groupe voué à contenter ses actionnaires par de hautes performances boursières a perdue depuis longtemps.

Tags: , , ,

3 Responses to “Souk médiatique”

  1. Martin de Waziers 3 septembre 2017 at 06:03 #

    Comme tu as raison, Christian! Alors que j’épluche les média de divers pays le matin, je m’aperçois, de plus en plus que je délaisse volontiers ce que les anglo-saxons appellent les « rag sheets » ou torchons, ceux qui ne font que répéter ad libidum les rubriques de chats écrasés! Désormais, je favorise, d’un côté, les média experts de leur domaine, de l’autre ceux qui se spécialisent sur la recherche et l’analyse approfondies de sujets précis comme le magazine Sept. Chacun doit faire son marché en pleine conscience ou s’abrutir sans esprit critique. MW

  2. La Méduse 5 septembre 2017 at 19:26 #

    Il était grand temps: « Le parlement débattra d’un soutien à la ‘Tribune de Genève’ « : https://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/parlement-debattra-soutien-tribune-geneve/story/31653235

  3. Marc Schindler 6 septembre 2017 at 16:58 #

    Absolument d’accord avec toi, Christian. Le New York Times est probablement l’un des meilleurs journaux au monde. Je suis un abonné fidèle depuis des années. Il a su prendre à temps le virage du numérique, dont la publicité en ligne lui rapporte plus que celle de l’édition papier. La proclamation de son PDG devrait inspirer les patrons de Tamedia: « Nous croyons que le public est prêt à payer pour un journalisme de qualité et en profondeur qui l’aide à comprendre le monde ».

Leave a Reply

Les commentaires sous pseudonyme ne seront pas acceptés sur la Méduse, veuillez utiliser votre vrai nom.

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.