Egypte, “Monsieur le ministre” Al Sawi


L’Égypte cherche des nouvelles têtes pour diriger ses ministères. Mais où trouver les compétences qui refléteront les attentes de changement de la population, alors que le Parti National Démocrate (PND) de Moubarak avait une écrasante main mise sur le pays?

L’exemple du ministère de la culture reflète bien les tâtonnements en cours. Pour remplacer Farouk Hosni, devenu l’intouchable symbole du système après 25 ans de loyaux services, il y a d’abord eu Gaber Asfour choisi par Moubarak. Le poste laissé vacant après sa rapide démission, c’est le nom de Mohamed Al Sawy qui a été avancé hier. C’est une figure célèbre au Caire, grâce à la création en 2003 d’un centre culturel, le “Culture Wheel Al Sawi”, devenu un incontournable lieu d’échange, de partage et de découverte artistique. Sa bataille a été longue et pénible pour lui donner vie sans passer par la corruption. D’où sa popularité auprès de la jeunesse et dans les cercles culturels étrangers.

Mais l’ingénieur Al Sawy, que ses jeunes admirateurs appelaient déjà hier “Monsieur le ministre”, est aussi un personnage aux idées fourmillantes. Pour défaire les égyptiens de leur aliénation à la voiture malgré les embouteillages interminables de la capitale, il veux remettre le vélo à la mode. Comment? D’abord en proposant aux étudiants d’utiliser le deux-roues dans les enceintes universitaires. Pour que la pratique se répande ensuite naturellement dans la rue. Car son crédo c’est surtout l’éducation, plus à même selon lui d’apporter la liberté, d’éclairer les Égyptiens. Le Centre culturel Al Sawy en a fait sa spécialité avec des dizaines d’ateliers proposés chaque mois au bénéfice des enfants, adolescents et jeunes adultes : cours de dessin, d’écriture, aide à l’entretien de recrutement, sculpture, yoga, homéopathie, cours de photo et cinéma, conférences politiques, de développement personnel, etc… Alors, en accord avec lui-même, il ne pouvait que refuser les clés du ministère de la culture.

Celui qui, sous Farouk Hosni, a proposé il y a quelques mois un espace d’expression aux jeunes avec l’organisation d’un festival de graffitis… limité à l’utilisation des trois couleurs du drapeau égyptien. En cas d’abandon de sa casquette de simple citoyen, Al Sawy aimerait plutôt agir en aval pour éviter cette asphyxie en amont : si les anciennes figures du régime disparaissent, il se voit plutôt au ministère de l’éducation. A ce poste, il organiserait aussitôt un “Programme National pour l’Education ” qui ferait appel aux meilleurs talents de la société pour éduquer les enfants. Ceux-ci deviendraient enseignants un jour par semaine pour garantir le bon niveau de l’éducation et réduire les effectifs dans les classes. Mais pour l’heure, et conséquence de cette intégrité peu courante qui sonne encore bien étrange, un fauteuil de ministre reste vide.

Article paru sur “Tremblements d’Egypte

Tags: , ,

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.