Les petits jeux du “Monde”


Le “Monde”, le respectable quotidien qui se veut journal de référence, se lance dans un jeu de politique-fiction.

PAR MARC SCHINDLER

Son équipe des Décodeurs, qui pourchasse allègrement les mensonges et les demi-vérités des politiciens, lance «Le jeu dont François Hollande est le héros». Plutôt alléchant, le défi: «Vous êtes François Hollande. Confronté à des situations politiques réelles ou imaginaires, saurez-vous faire les bons choix pour conserver la majorité absolue des socialistes à l’Assemblée? Si vous réussissez, le PS aura les mains libres. Si vous échouez, vous devrez composer avec vos alliés écologistes et radicaux – ce qui ne sera pas simple…» Vous vous rendez compte: moi, humble abonné, même pas électeur, car je suis Suisse, on m’installe à l’Elysée et on me demande de prendre des décisions comme si j’avais été élu pour diriger la France! Me voilà entraîné dans le jeu politique, pas comme spectateur, mais comme acteur, en N° 1. Je rêve des ors de la République, du protocole, des gardes du corps…

Fini de rêver: Jonathan Parienté, journaliste Web depuis 2007 et âme du commando des Décodeurs, me met au défi de choisir en huit questions. Question 1: je propose ou non un poste à Cécile Duflot, l’ancienne ministre écolo? Question 2: je nomme M. Bernard Cazeneuve, le ministre du Budget, au secrétariat général de l’Elysée ou au ministère de l’Intérieur? A chaque question, à chaque choix, la majorité absolue des 291 députés qui soutiennent François Hollande varie. Eh bien, mon ego en a pris un méchant coup: j’ai lamentablement échoué. La sanction tombe: « Perdu! Vous n’avez plus de majorité absolue à l’Assemblée. Il vous faudra désormais composer avec les écologistes ou les radicaux pour faire passer vos lois.» Au secours, je m’enfuis. Décidément, le jeu du pouvoir, c’est pas vraiment mon truc. Je préfère l’ombre du commentaire à la lumière de l’action.

En retombant sur terre, je m’interroge: à quoi joue le “Monde”? Et moi qui croyais, dans ma grande naïveté, que j’étais abonné à un journal respecté pour la qualité de ses informations, pour la vigueur de ses enquêtes exclusives, pour la pertinence de ses opinions, pour la vigueur de ses débats. Bon d’accord, «le jeu dont François Hollande est le héros» est plutôt distrayant. Plutôt jouissif, de nommer des politiciens à des postes de responsabilité. Plutôt stressant de voir sa majorité fiche le camp. Mais la politique, ce n’est pas seulement ce jeu de massacre. Ce n’est pas ce grand quizz politique, genre testez vos connaissances en 8 questions. La France est plongée dans une grave crise économique et sociale, le chômage explose, la violence et la drogue pourrissent les quartiers populaires, l’idéologie nauséabonde du Front national contamine la société. Alors, franchement, les petits meurtres entre amis politiques, ce n’est pas ma tasse de thé.

Je ne lis pas seulement le “Monde” pour m’informer sur l’état de la France, mais son opinion compte beaucoup pour moi. Je ne sais pas si les nouveaux propriétaires du “Monde”, le trio de millionnaires Bergé, Niels et Pigasse, comptent sur ce jeu politique pour relancer les ventes et recruter de nouveaux abonnés. Mais cela ne va certainement pas améliorer l’image du quotidien. Le public raffole des séries américaines comme House of Cards et Games of Thrones, qui mettent en scène les grands prédateurs de la politique. Mais ça, c’est du spectacle, de l’entertainment, comme disent les Anglo-Saxons. Quand le “Monde” joue la carte de l’infotainment – mélanger d’information et de spectacle – il joue aussi sa réputation face aux grands journaux comme le “New York Times”, le “Guardian” ou “Die Welt”. La statue du commandeur, Hubert Beuve-Mery, qui fonda le “Monde” en 1944, doit se retourner dans sa tombe, lui qui disait: «Le journalisme, c’est le contact et la distance.» Allons, Madame la directrice, vous qui avez repris la barre du “Monde”, gardez le contact avec les lecteurs, mais maintenez aussi la distance avec les modes médiatiques.

L’auteur est journaliste retraité dans le Gard.

Tags: ,

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.