Le billet du Sioux – Stupeur et questionnements


A la Une de ce jour d’un quotidien gratuit, nos amis alémaniques ont le mérite d’avoir pris le problème à bras le corps.

– Wo sind Ferien noch sicher? En d’autres termes, quelle terre ensoleillée offrira-t-elle encore asile à nos chairs trop blanches?

Le récent carnage de trente-huit touristes, piégés en maillot de bain sur le sable de Tunisie, ne semble pas avoir perturbé les projets des vacanciers encore à quai, ni les habitudes de ceux, qui sur place, ont assisté médusés à ces scènes d’horreur. Sur la plage dorée, on se selfie en petite tenue devant les cadavres recouverts de linges pêle-mêle.

Pour investir cette ancienne colonie romaine d’Afrique du Nord, qui en a pourtant vu d’autres, l’enjeu pour nos futurs bronzés n’a plus rien de guerrier. Où donc partir en vacances? La question est claire. On veut avoir la paix pendant le congé estival. Un voeu légitime, sauf que le monde a changé. Qu’il n’offre plus seulement “soleil et crustacés”, mais aussi horreur et questionnements .

Dans la version romande de ce même quotidien, on invoque “la stupeur après le carnage de la plage”. L’interrogation est un chouïa plus adéquate aux circonstances, mais la photo qui l’accompagne est plus tragique encore. Sur un transat en plastique blanc, un corps recouvert de fleurs mobilisées à la hâte ne sait pas qu’il était sur son lit de mort. Debout, deux potes hagards et trois jeunes grâces en Ray-Ban et bikini s’alignent entre la mer et lui.

Qui regarde quoi? On ne le saura jamais.

Tags: ,

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.