Le moine, le FMI et ses démiurges repentants


Modeste valisette à la main, un moine en sandales et bure blanche débarque dans un cinq étoiles du nord de l’Allemagne

PAR CHRISTIAN CAMPICHE

S’y réunissent les grands argentiers des principales puissances de la planète.Mais que vient faire le saint homme au milieu des prédateurs de la finance?

Eh bien il va pratiquer son métier et en confesser quelques uns. A commencer par le directeur du Fonds monétaire international en personne, qui semble avoir beaucoup de péchés sur la conscience. L’homme de prière finira par réaliser que son interlocuteur a surtout un cancer en phase terminale. Il ne le sauvera pas de son cynisme ni du suicide mais son périple ne sera pas vain.

Au bout du récit, le moine, un ancien mathématicien, déchiffre et rend caduque, en la révélant, une formule bancaire diabolique dont l’application aboutirait dans les faits à une accentuation de la paupérisation dans le tiers monde. Actuellement sur nos écrans, « Confessions », le film du réalisateur italien Roberto Andò, n’est pas seulement un petit chef-d’oeuvre de mise en scène. Grâce à une géniale intuition, ce huis-clos démonte le mécanisme d’une mainmise, celle d’une clique de décideurs sur le monde.

On se croirait dans une station de montagne helvétique bien connue, réputée pour le rassemblement de femmes et d’hommes d’affaires qu’elle organise chaque année au plus fort de l’hiver. La présence massive des médias n’empêche pas l’événement de ne pas avoir toujours bonne presse. On lui reproche son caractère de bastringue élitiste au service des plus grandes multinationales. La mauvaise conscience des amphitryons fait que sont invitées également des personnalités n’appartenant pas au milieu de l’économie, des artistes ou représentants d’ONG. Autant d’alibis qui confortent finalement les critiques des détracteurs.

Le religieux de la fiction n’est pas dupe. Mais il n’a rien à perdre, contrairement au personnage acrimonieux, de toute évidence la banquière de toutes les banques, qui surgit sur un écran géant constellé de gratte-ciels dont on imagine sans peine qu’ils surplombent une métropole boursière. Les grimaces de ce démiurge inquisiteur tranchent avec les émotions des autres femmes du film, qui n’ont pourtant rien de ménagères dévotes. Comme quoi, quand elle se garde de trop lui ressembler, la femme est bien l’avenir de l’homme.

GHI

Tags: , , , , ,

One Response to “Le moine, le FMI et ses démiurges repentants”

  1. Martin de Waziers 9 décembre 2016 at 16:21 #

    Christian, je ne peux qu’approuver sur toute la ligne! Certains vont expliquer que la thèse du complot est un grand subterfuge mais l’homme n’arrive pas à dominer son propre goût du pouvoir sous toutes ses formes les plus vicieuses! Nombreuses études ont prouvé que la femme n’est pas seulement l’avenir de l’homme mais celle qui gère les crises au mieux… mais nous ne sommes pas en crise, te diront les grands argentiers! A bon entendeur, salut! Martin

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.