Tribune libre – Lettre à la Suisse dont les exploitations agricoles sont à dimension humaine


Contraint à l’exil pour des raisons que je n’aurais jamais cru possibles, je foule aujourd’hui une terre dont les particularités sautent aux yeux du Français que je suis.

Tout d’abord, j’ai posé mon regard sur un paysage naturel où les nombreux sites se marient avec une agriculture dont la France a perdu jusqu’au souvenir. Ici, pas de monoculture subventionnée par l’Union Européenne : les champs sont restés des mosaïques aux couleurs de blé, de tournesol, de maïs, et les vignes, lorsqu’elles s’étendent en bordure des villages, les prolongent en même temps qu’elles les protègent d’une urbanisation excessive.

Ici les fermes sont sensiblement de même taille, les exploitations sont à dimension humaine. J’ai vu paître des vaches dans un cadre bucolique, précisément à leur place, là où les hommes les ont sélectionnées depuis des temps immémoriaux pour se nourrir.

Bien entendu, cette agriculture bénéficie d’aides publiques afin de garantir sa pérennité, mais ce n’est pas tant l’aspect économique lié à l’indépendance alimentaire qu’elle suppose que l’entretien des paysages naturels qui en découle qu’il faut considérer ici : la contrepartie n’a pas de prix.

Cette nature préservée se manifeste partout : ici il n’y a aucune ville que l’on ne quitte sans se plonger tout à coup dans un univers végétal, et rares sont les lieux où l’on ne voit poindre à l’horizon des sommets de pierre dessinant un tableau changeant. Si la Suisse est une toile, c’est une toile de Maître, dont le coup de pinceau ne cesse de se produire.

J’ai le sentiment d’avoir cerné la vraie richesse de ce pays, celle que les anciens ont transmis aux nouvelles générations, celle dont les vivants ont pour lourde tâche de transmettre à leur tour.

Ce sont les mots que je voulais vous dire, moi le petit Français, issu d’une famille de paysans qui a vu la France se suicider en confiant la gestion de son agriculture à l’Union Européenne soumise aux lobbies des firmes multinationales, et qui voit aujourd’hui ses agriculteurs se suicider au rythme d’un tous les deux jours.

Nous sommes des héritiers. C’est en l’oubliant que l’on meurt définitivement.

Sébastien Jallamion

Le blog de Liliane Held-Khawam

Tags: , , , ,

One Response to “Tribune libre – Lettre à la Suisse dont les exploitations agricoles sont à dimension humaine”

  1. Maryse Mahmoudian 15 août 2017 at 10:28 #

    Trop c’est trop!

    Image de la Suisse découverte par un “touriste” enthousiasmé qui ramène la Suisse à une carte postale et me semble avoir une vue réductrice de la campagne française.

    Française, d’origine paysanne et viticole, nous vivons mon mari et moi en Suisse depuis quarante ans et nous ne la quitterons pas. J’approuve cela va de soi, sans conteste, tout ce qui est dit de la beauté des paysages. Je suis même contente de voir des vaches broutant paisiblement dans de si beaux paysages et même de traverser un village où on voit encore des tas de fumier dans la cour de la ferme et où l’odeur de la bouse me rappelle des souvenirs d’enfance.

    Certes l’UE présente bien des défauts mais pas seulement et je refuse de la condamner en bloc. C’est trop facile. Monsieur Jallamion réduit la France à peu de chose. Il n’y a pas que des grandes plaines comme la Brie, la Beauce, la Champagne Pouilleuse où l’on rencontre aussi des champs de pavot cernés, il est vrai, de champs de betteraves qui alimentent une grande sucrerie, fournissant du travail à beaucoup de gens et leur permettant de rester vivre chez eux…
    L’exode des paysans en ville, voire le suicide, ne datent pas d’hier, de la création de l’UE. Peut-on échapper aux puissances politiques, au capitalisme, responsables de la mondialisation…

    Faut-il pour dire son admiration pour la Suisse, qui pour notre part va plus loin que les paysages, cracher sur la France si multiple et souvent si belle.

    Maryse Mahmoudian-Renard

Leave a Reply

Les commentaires sous pseudonyme ne seront pas acceptés sur la Méduse, veuillez utiliser votre vrai nom.

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.