Le peuple est un poisson rouge


Le poisson rouge vit dans un bocal ou, pour les plus chanceux d’entre eux, dans un aquarium voire un bassin.

PAR ONCLE PHIL

Tous les poissons rouges se ressemblent, mais chaque poisson rouge est unique. On dit que sa mémoire n’excéderait pas les 5 secondes, ce qui s’avèrerait faux, il se souviendrait de la douleur. Le Peuple est à peu près pareil, mais il oublie vraiment.

Le Peuple habite dans un Etat à taille variable. Le Peuple est composé d’individus qui ne se ressemblent pas, mais tous ces individus sont perçus comme une unité, une masse uniforme; il apparaît dans des discours politiques, médiatiques et dans la bouche de tout un chacun au bistrot ou à la pause-café. Le Peuple qualifié de “suisse” se distingue d’autres Peuples: il a le droit de vote. C’est à ce moment-là – cet instant statistique où la majorité impose son opinion – que le Peuple apparaîtrait le plus distinctement. Qu’ils soient 51% ou 85%, ils ont gagné: ils sont le Peuple! Pour cette raison, les politiques se doivent de respecter le Peuple, car c’est le Peuple qui décide. La minorité et les abstentionnistes ont toujours tort.

Les médias aiment bien naviguer dans l’aquarium du Peuple. Ils vont l’interroger dans la rue, lui demandent ce qu’il pense du dernier IPhone ou de la situation en Syrie, moyennant parfois une récompense comme un bon de 100 francs auprès d’une grande enseigne quelconque. Le Peuple apparaît ainsi sous la forme “d’Opinion publique.” Ce n’est pas tout le monde, mais ce serait la majorité. Ainsi, une banque suisse propose même un baromètre des préoccupations de la population suisse où “plus de 1009 personnes”ont exprimé leurs soucis en 2015. Ces 1009 ou peut-être 1034 personnes, c’est de nouveau le Peuple suisse. C’est statistiquement prouvé, significatif; il faut le dire à tout le monde, répéter au Peuple ce qu’il a déjà dit, vu et entendu.

Le Peuple a une très mauvaise mémoire, mais il va voter quand même. Depuis son bocal, devant son ordinateur ou sa télévision ou derrière son journal gratuit, il apprend que des masses d’individus fuient un pays en guerre. Le Peuple s’indigne, partage son chagrin sur les réseaux sociaux avec des dessins, des dictons ou des slogans de type publicitaire ; il veut participer, extraire ces gens de la détresse, nourrir l’Opinion publique. Au bout de quelques jours, il oublie. Il a besoin de se changer les idées, de se divertir en visionnant des vidéos de chats sur Youtube ou en fantasmant sur des recettes culinaires qui déclinent les Burgers à toutes les sauces. À l’issue de chaque article ou vidéo, le Peuple peut exprimer son avis moyennant quelque étoile ou un pouce désorienté. Puis, il y a des attentats et de la terreur. Dans son aquarium, le Peuple observe toujours. Il like des revendications identitaires, car il s’est déjà habitué à cet écœurant va-et-vient migratoire. Il a oublié ce que ces gens traversent, il s’est forgé une autre Opinion publique d’eux, les associe à tout autre chose. Le Peuple partage à nouveau ses émotions en vrac; il ne se rend pas compte que de nombreux laboratoires institutionnels et médiatiques observent ses clics et ses accès de clavier, lesquels génèrent de l’argent (mais pas pour le Peuple).

Dans son aquarium, le Peuple suisse se prépare à aller voter. La paroi de son habitacle est floutée ; il croit savoir ce qui se passe et nous sommes persuadés qu’il existe un Peuple, alors qu’il réside essentiellement des poissons rouges perpétuellement distraits par de petites choses. Après votation, on se rend compte qu’un peu moins de la moitié des poissons rouges suisses se sont rendus aux urnes et que seule la majorité de cette timide moitié a gagné. Ces 51% de 40% de participation, c’est aussi le Peuple suisse. C’est cette majorité-là qui a influencé les décisions politiques.

Les campagnes politiques ont commencé en Suisse. Lobbies et politiciens vont piocher dans “l’Opinion publique” du “Peuple”. Méfiez-vous de la manière dont on manipule ces termes, de la façon de les quantifier avec des chiffres croisant sournoisement des paramètres socio-économiques incongrus. Le Peuple n’est pas forcément celui que vous croyez. L’Opinion publique se fonde aussi sur la mémoire de poisson rouge du Peuple fantasmé, celle qui dure véritablement 5 secondes.

Pour aller plus loin:

Pierre Bourdieu (1972): “L’opinion publique n’existe pas

Benedict Anderson (1996): L’imaginaire national: réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme

OnclePhil.ch

Tags: , ,

3 Responses to “Le peuple est un poisson rouge”

  1. christiane betschen 9 février 2016 at 10:46 #

    Et quand le Peuple vote parfois avec bon sens, la Confédération sous la coup(ol)e des lobbies, s’arrange à finalement aller dans le sens contraire (cf. la loi sur l’électricité, l’initiative des Alpes).

  2. heizmann 9 février 2016 at 11:34 #

    Mais le Peuple n’existe plus, mon cher Oncle Phil, depuis longtemps…A peine une population, composée de consommateur-trice-s, connecté-e-s, branché-e-s, ouvert-e-s sur le Monde moderne, multimédia, à la diversité enrichissante et bienfaisante, pourquoi pas harmonieuse.

  3. Oncle Phil 9 février 2016 at 12:48 #

    Je vous l’accorde mon cher Heizmann, le Peuple n’existe pas. Il est malgré tout si présent dans les discours politiques. Et c’est effectivement l’hyperconnectivité que vous mentionnez qui renforce l’idée qu’un Peuple si abstrait se matérialise à travers des sondages d’opinion réalisés pour tout et n’importe quoi (préoccupations du Peuple, recette préférée du Peuple, chaussures favorites du Peuple…). C’est avant tout la manière dont on se borne à produire de l’opinion à l’aide de statistiques en tous genres qui m’intéresse et la façon déconcertante avec laquelle elles sont acceptées et considérées comme une preuve de vérité pour tout et n’importe quoi.

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.