Non, M. Gygi!


Pardon pour cet accès de colère!

PAR CHRISTIAN CAMPECHE

Mais il traduit le sentiment de nombreux utilisateurs réguliers des CFF à qui le président de la régie, du haut de son salaire hors norme, annonce une nouvelle hausse des prix. Non, M. Gygi! Vos employés ne méritent pas que se déverse sur eux le fiel d’une clientèle lassée de subir le syndrome des assureurs: une augmentation annuelle des tarifs.

Les cheminots et contrôleurs font preuve, la plupart du temps, d’une gentillesse exemplaire, ils ne sont pour rien dans les grandes options des CFF, un groupe qui semble privilégier la rentabilité de son patrimoine immobilier à la fiabilité du transport.

Pas de jour sans que le haut-parleur de la gare n’annonce un retard, une suppression de train. Si vous vous mêliez au trafic des pendulaires, M. Gygi, vous vous demanderiez pourquoi tellement de passagers doivent rester debout, parfois des personnes âgées qui disputent l’espace à des animaux et des vélos. Celui qui cherche une place assise sur certaines lignes a meilleur temps de viser la banquette entre la porte et les toilettes pour se faufiler, s’il y parvient, entre une paire de skis et les valises épaisses des tours-opérateurs.

A propos de commodités, M. Gygi, je ne vous recommanderais pas certains voyages le soir, au retour d’un repas arrosé. Dans le régional qui met une heure pour parcourir le trajet entre Genève et Lausanne, vous avez intérêt à ne pas souffrir d’une faiblesse rénale. Un seul WC pour tout le convoi, bouché de surcroît! Une odeur pestilentielle qui s’en échappe, à se demander comment font les occupants du compartiment pour la supporter. Il est vrai qu’il s’agit du restant de la colère de Dieu dont, de toute évidence, vous ne partagez pas le quotidien, Monsieur le président des Chemins de fer fédéraux.

GHI

Tags: , , ,

3 Responses to “Non, M. Gygi!”

  1. Hay Denyse 19 mai 2016 at 12:11 #

    Excellent Monsieur Campiche pour ce coup de gueule bien justifié et solidaire de bien de frères humains!

  2. HEIZMANN 20 mai 2016 at 08:07 #

    Le véritable responsable opérationnel n’est-il pas le Directeur general des CFF, payé plus de 1 million par an? Ce bon M. Andreas Meyer, avocat de formation qui s’octroie également année après année de substantielles augmentations aux prétextes que la majorité des trains ont moins d’un quart d’heure de retard…
    Un digne archétype de cette nomenclatura technocratique, qui déconnectée de la réalité quotidienne des citoyens, démantèle sournoisement les outils qui ont permis de générer les valeurs qui caractérisent notre pays. Et cela au nom du libéralisme et de l’eurocompatibilité… L’unique moyen de lutte : la démocratie directe!

  3. Christian Campiche 20 mai 2016 at 08:43 #

    Il est vrai que le président des CFF a le mérite de la sincérité. Tellement que toute la classe politique s’est insurgée contre sa “maladresse”. Ce n’est pas tant l’augmentation des tarifs qui gêne que l’annonce avant la votation sur le service public. Du beurre sur les épinards de cette initiative. Si la phrase avait été lancée après cette consultation, personne n’en aurait parlé dans l’establishment qui voyage de toute façon en première.

Leave a Reply

Les commentaires sous pseudonyme ne seront pas acceptés sur la Méduse, veuillez utiliser votre vrai nom.

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.